02 novembre 2008

4e jour :

4e jour : Bonjour Bonjour !!! Ah qu’elle est belle la vie ici. Ce matin le réveil n’as pas sonné. Du coup, tyrop tard pour se faire servir un petit dèj’. Donc on prend un jus de goyave, un jus de mangue et on sort nos fruits : banane, orange et mangue, et tant pis si on choppe la chi-chi ! Top petit dèj, mais il y a pleins de mouches. Des petites qu’on s’en fout et des grosses qui m’énervent. Mais rien ne peut enlever la bonne humeur de se réveiller ici au Mali. Après le petit dèj, on écrit longuement dans nos journaux de bord et on finit par aller faire un tour au centre. A peine dehors, : PLAOUFFF !!!, la pluie de dingue. En deux secondes, trempés jusqu’au os. On s’abrite donc et regardons. L’eau monte vite et des petits ruisseaux prennent forme le long des « routes » de terre. Donc ruisseaux rouges. Et quand les gens passent dedans, le courant leur fait remonter l’eau jusqu’aux mollets voire aux genoux ! On attend que la pluie s’arrête et décidons de prendre le sotrama, petits minibus verts, blindés de moinde et très folklo. Le gars qui fait monter et descendre court souvent à côté et siffle dans son sifflet en criant « Magnambougou » ; notre quartier. Au début, surpris, le sotrama va dans la direction opposée à la notre. Mais on se laisse faire. On a le tempos, on sait pas trop ce qu’on va faire et on profite. Pour arrêter le sotrama, le gars donne un gros coup sur la tôle et le chauffeur s’arrête. Si une maman monte, le gars n’hésite pas à porendre un enfant sur l’épaule pour le faire monter et ensuite ça peutr être  n’importe qui qui le prend sur ses genoux. Une grande famille ce pays !! A côté de nous, une mamma donne le sein à son bébé. Nous allons jusqu’au terminus pour 150 Fcfa et dès qu’on sort (pas loin de l’assemblé »e nationale), un gars nous saoule pour qu’on aiile acheter du poisson chez lui à perpet’  les oies !! Mais malgré notre refus, il s’acharne assez longtemps. On s’est même dit que si on poartait en courant, il nous suivrai sûrement  pour continuer à vouloir vendre ses poissons. Pas méchant mais saoulant !!! Je pense qu’il était vraiment désespéré. Il nous a donc laché (petite pause antimoustque parce que j’écrit sous la lampe sur la terrasse et les moustiques ont faim !!) Donc on continue notre route et cherchons du riz à langer, pour aller prendre ensuite un taxi et monter sur la colline du point G admirer le paysage qu’on nous a dit superbe ! Bon, on trouve pas de riz , nous retournons en arrière pour acheter des sandwichs au mouton qu’onb avait remarqué. Là, un gars qui attendait son sandwich nous dit que c’est très bon et nous aide à discuter avec le vendeur. Et en parlant avec ce gars, surprise !!! Il connait la France, fait parti d’une asso de grimpeur à la main de Fatima. Serrage de main cordial. J’ajoute que je viens d’Angers. Re-serrage de main, tout sourire, il a fait un an d’études là-bas. J’ajoute que je connais Benjamin Guindo : c’est l’apothéose ! Il nous invite à aller prendre le thé chez lui en faisant déjà des plans pour nous emmener en ballade dans son village et autres. Super, on y va ! On retourne dans un sotrama avec lui, Ibrahim dah (à priori Touareg) et alloins chez lui. Le sotrama est surblindé. A chaque nouvelle personne qui monte, j’hallucine. Mais ça loge tyoujours. Bonne ambiance tout le trajet, Ibrahim nous paye le trajet. Puis nous arrivons à son quartier et enfin chez lui, dans la concession où il habite. On va dans sa pièce, toute petite mais agréable puis décidons d’aller sur le toit-terrasse pour y prendre le thé. On emmene les matelas. On mange d’abord à l’africaine. On se lave la main droite et mangeons tous les trois dans le plat. Riz, légumes, poisson, trop bon, un régal. L’eau qui nous a lavé les mains au début est récupérée dans un récipient qui sert à se laver les mains au fur et à mesure. Comme on est pas habitués, on en fout partout, mais « c’est pas grave ». Après, il nous offre de l’eau (les pastilkles c’est déjà oublié depuis longtemps) et nous montre des photos du désert, de son village et de l’un de ses dromadaire. Puis il nous montre comment mettre un cheich. Résultat, je garde le sien et Juliette en aura un, le tout pour 10000Fcfa. C’est un prix d’ami car c’est un frêre qui les vend. Ensuite, il mlet la théière sur le fourneau (brazéro avec des braises) et c’est parti pour le thjé. Il nous présent alors sa femme, très très jolie qui revient d’(une journée d’examen. Elle veut être anthropologue. Ils veulent se marrier bientôt et on sera surement invités. LE 1er thé est prêt : lethé de la mort (très fort mais bon), puis le thé de la vie ( + doux) et  enfin le 3e : le thé de l’amour (très doux), c’est un délice. Ibrahim et moi fumont nos cigarettes et sa femme lui dit que c’est pas bien, c’est partout pareil !!! Nous flânons longtemps sur ce toît, à discuter, des fois on dit rien mais on est sereins. Puis on décide de se donner rendez vous le lendemain à 9h devant l’ambassade d’algérie. On ira faire des courses le matin, peut-être voir l’oncle d’amadou, faire du change et voir Issiaka. On verra, pour l’instant on a jamais suivi un programme même un plan sur 5 minutes est difficile à tenir ! Ibrahim et sa femme nous raccompagnet au sotrama et nous nous disons à demain. Puis nous retournons sur le grand goudron et continuons notre route à pied. On repasse au cyber, toujours pas de nouvelles  d’Amadou ni de Benjamin. Bon… J’achète un paquet de clope à 250 Fcfa (2,50Fr), elles sont pas mal, puis on continue vers chez nous. Sur la route on achète un épi de maïs grillé (50Fcfa) et c’est pas mal ma foi. Puis nous continuons et arrivons à l’hôtel. J’ai profité de la douche de Juliette pour écrire cette journée, puis elle est revenue et écrit de même. Après on va manger nos sandwichs, des fruits, du chocolat qui venait de suisse. Puis j’irais prendre ma douche et irons nous coucher. Tcho tcho, à bientôt pour de nouvelles aventures !!! Bonne soiréenuit…

Posté par samishelouf à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 4e jour :

Nouveau commentaire